Les éditions Mnémos se sont lancées,  après l’intégrale de Clark Ashton Smith, dans une édition intégrale et prestige des œuvres de H. P. Lovecraft.

Débuté hier une grande série de palier a déjà été débloqué et au vu de la qualité de la de l’intégrale de Smith je vous encourage à aller au moins y jeter un oeil.

Le Ulule se trouve ici : https://fr.ulule.com/lovecraft-prestige/

Il s’agit de retraduire dans sa totalité l’œuvre de fiction de l’un des écrivains les plus influents de son époque, H. P. Lovecraft et, pour la première fois en France, de la publier sous la forme d’une édition prestige.

Cette édition intégrale sera en 4 volumes :

•   Le premier, Les Contrées du rêve, rassemblera l’ensemble des nouvelles consacrées au monde onirique inventé par Lovecraft.

•   Le deuxième, Les Montagnes hallucinées et autres récits d’exploration, regroupera l’ensemble des textes mettant en scène les agissements autour du monde de la sombre divinité Cthulhu et de ses affidés.

•   Le troisième sera consacré à l’unique roman écrit par Lovecraft, L’Affaire Charles Dexter Ward.

•   Le quatrième volume, Le Cycle de Providence et autres récits horrifiques, rassemblera dans une première partie l’ensemble des nouvelles se déroulant dans la Nouvelle-Angleterre puis dans une deuxième partie le reste des textes horrifiques de l’auteur.

2 réponses

  1. Bonjour ,nous sommes la librairie machine à lire à bordeaux..Auriez vous une estimation de la date de sortie de l integrale prestige Lovecraft?
    Aussi ,elle sera bien dispo si nous souhaitons nous la procurer en librairie(via harmonia mundi) ,ou elle ne sera dispo que sur commande à l unité sur site?
    Merci d’avance
    Mathieu-la machine à lire

    1. Salut, je n’ai que la dernière news du financement, qui date du 7 juin 2020.
      Pour plus d’informations il faut voir avec les éditions Mnemos.
      Voilà le texte.

      Hello, je peux vous mettre la dernière news du financement qui date du 7 juin 2020 :

      « Lettre d’information – point avancement post-confinement
      Bonjour à toutes et à tous,

      Tout d’abord, nous espérons que vous avez passé ces semaines très étranges et souvent inquiétantes sans trop d’encombres et de soucis.

      À Mnémos, ce temps fut consacré à reprogrammer sur la fin 2020 et l’année 2021 une partie de notre planning éditorial, que nous avons été obligés de décaler suite à la fermeture des librairies. Cela nous a beaucoup accaparé et mobilisé, et c’est pour cette raison que nous n’avons pas pu faire la news du projet prévue en avril. Nous vous prions de bien vouloir accepter nos excuses pour cela.

      Quoi qu’il en soit, cela ne nous a pas empêché d’avancer l’intégrale. Voici donc où nous en sommes :

      – Le livre 1 et 2 sont en édition, ils vont entrer bientôt en maquette. Nous intégrerons à la toute fin du process éditorial les derniers petits textes introductifs de David Camus.

      – Le livre 3 : David entame ses dernières relectures et améliorations. Nous l’attendons pour fin juin.

      – Le livre 4 : c’est le gros morceau qui reste à traduire. David doit traduire encore 3/4 des textes pour terminer ce volume. C’est prévu pour la fin août.

      – Le livre 5 : il est aujourd’hui quasi achevé. David nous rend la dernière nouvelle ce lundi 8 juin et l’ensemble partira à l’édition et correction.

      – Le livre 6 : il reste à traduire une partie de l’essai de HPL (Supernatural Horror in Literature), la majorité des autres items est soit terminée, soit en cours d’élaboration. Il y aura ensuite le travail de glossaire à mener. La traduction est menée en parallèle des autres textes et se concluera en septembre.

      – Les révisions : avec le livre 5, ce fut la principale avancée de cette période puisque 95% des textes ont été retraduits et passent la semaine prochaine en phase éditoriale et de correction. Nous avons longtemps discuté avec l’imprimeur sur la création d’un huitième volume. En définitive, nous avons préféré placer ces textes dans le livre 6. Cela n’ajoutera ainsi pas de travail et donc de risques supplémentaires pour la phase de production, impression et livraison ; le principal risque identifié étant la dimension finale du coffret pouvant entraîner une fragilité.

      – Le livre 7 : soit le Journal d’une traduction impossible de David Camus est un  » work in progress « , David l’alimente quasi-quotidiennement. Il sera conclu une fois l’ensemble des traductions terminées soit pour le mois de septembre.

      En termes de délais, nous visons une livraison pour la fin de cette année. Nous n’allons pas tarder à entrer dans la longue phase finale du projet, la plus active, celle où nous allons réunir tous les éléments, passer jours et nuits à éditer, corriger, maquetter, recorriger et suivre chaque seconde de la fabrication. Le rythme va donc s’intensifier, il y a encore pas mal d’étapes, mais nous avançons ! À partir de fin septembre, nous vous ferons un point d’étape tous les mois en montrant des images d’extraits des livres maquettés et des étapes de la production en cours.

      Nous suivons le rythme et les délais de notre traducteur. Traduire Lovecraft est loin d’être anodin, aussi bien en termes de quantité de travail que pour les difficultés quelques fois acrobatiques à lever. Nous en discutons presque tous les jours avec David. Cette intégrale est une occasion unique de proposer pour la première fois en France la traduction la plus homogène et la plus fidèle de l’œuvre de Lovecraft. C’est pour cela que non seulement nous comprenons et accompagnons David dans cette course de fond mais nous le soutenons le plus possible. Nous mettons donc tout en œuvre pour réussir au mieux cette édition. Nous avons ainsi découvert dans les anciennes traductions encore plus de contresens qu’identifiés, voire des passages entiers qui avaient été ignorés du fait de leur difficulté, quelquefois jusqu’à 20% d’un texte ! Bref, vous allez redécouvrir Lovecraft.

      Quelques mots de David Camus concernant son travail en cours :

      Chers tous,

      Ce petit mot pour vous expliquer pourquoi je suis en retard. Il ne vous aura pas échappé que je prends plus de temps que prévu pour livrer mes textes. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, l’aspect technique, bien sûr. Concrètement : c’est très dur. J’avance comme en terrain miné, où chaque mot, chaque virgule compte, mais où, également – et ce n’est pas un détail – chaque mot non écrit compte également. Comme je le dis souvent, traduire Lovecraft ce n’est pas seulement traduire ce qu’il a écrit ; c’est aussi (surtout ?) traduire ce qu’il n’a pas écrit. Autre chose, et pas des moindres : se trouver confronter, tous les jours, à l’imaginaire de cet homme, est très déstabilisant. Si, jusqu’à une époque récente, Lovecraft n’a pas toujours été très bien traduit en français, je pense que ça n’est pas dû qu’à des questions de savoir-faire, ou d’argent, ou de que sais-je encore. Être confronté, au jour le jour, à son œuvre, est profondément angoissant. Je n’entrerai pas dans le détail ici – mon « Journal d’un traduction impossible » abordera ces questions –, mais je veux juste vous dire que parfois, face à ce sommet de la littérature et de la psychologie, il m’arrive d’avoir besoin de souffler. J’avance, maintenant, mieux que jamais. J’ai demandé à mon éditeur – Frédéric Weil (Mnémos) – de faire un petit point avec moi, trois fois par semaine. Ça n’a l’air de rien, mais ça me permet d’avancer de façon plus sereine. Tout ça pour vous dire : oui, je suis en retard. Pardon. J’aurais aimé avancer plus vite, bien sûr. Mais le texte ne le permet pas – pas quand on le revoit sans cesse et sans cesse comme moi, pas quand on sait que derrière chaque mot apparemment simple peut se cacher un anglicisme du XVIIIe, pas quand on veut le faire aussi bien que possible, et avec toute son âme.

      Vous pouvez aussi retrouver David qui poste régulièrement des messages et des bouts de textes sur le fil des commentaires de la page Ulule du projet. (Généralement, chaque vendredi, David fait un petit point sur ce qu’il a fait dans la semaine.) C’est un bon moyen d’être au courant, d’échanger avec le principal artisan de cette intégrale et d’avoir une vue « de l’intérieur » sur le travail en cours.

      Merci beaucoup d’avoir prêté attention à ce long point d’étape. Il était nécessaire et important que vous puissiez prendre connaissance de là où nous sommes.

      Très bonne journée à toutes et à tous,

      Toute l’équipe de l’intégrale « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.