Le grand dieu Pan – Arthur Machen

Le grand dieu Pan – Arthur Machen

Belle mais démoniaque ! Entourée d’un halo d’étrangeté et de mystère…
Telle est la femme qui hante les rues de Londres, mais aussi l’esprit dérangé de ceux qui l’ont rencontrée, des hommes en général fortunés. Tous ont finit leurs jours dans des circonstances ténébreuses, le visage déformé par l’épouvante et l’effroi. Par quelle fatalité cette créature superbe sème-t-elle la mort autour d’elle ? Serait-elle maudite ? Aurait-elle pactisé avec une puissance maléfique

Le grand dieu Pan

Comparé à certaines oeuvres d’Edgar Poe, mais sévèrement critiqué à l’époque de sa parution en raison de son caractère sexuel implicite, ce roman halluciné d’Arthur Machen, mené à la façon d’une enquête imprégnée de mythologie et de diabolisme, est aujourd’hui considéré comme un classique des récits d’horreur. Il a inspiré de nombreux écrivains dont entre autres H. P. Lovecraft, Peter Straub et Stephen King.

H.P. Lovecraft cite souvent Arthur Machen comme un grand auteur et une source d’inspiration. « Le Grand Dieu Pan » est le roman qui détermina le début de sa carrière d’écrivain.

L’histoire

Sous couvert d’une suite d’histoire apparemment sans aucun lien Arthur Machen nous entraine dans une sombre histoire d’horreur, de science étrange, de déchéance et d’atavisme. Le récit est court et efficace et l’on y retrouve une atmosphère “Lovecraftienne” prononcée dans un Londres brumeux qui pourrait être celui de Sherlock Holmes ou de Jack l’Eventreur.

Le lecteur découvrira au fur et à mesure les liens et la nature de ceci entre les différents personnages : le Dr Raymond, savant ingénieux et obstiné, décide, après des années de recherche, d’opérer une intervention sur sa pupille, Mary. Clarke témoin de cette intervention et notable respecté de Londres. Hélène Vaughan qui répand autour d’elle mystères et morts.

Je ne vais pas m’appesantir plus sur le texte et son intrigue, car je pense que la découverte lors de la lecture de cette histoire fait partie du processus de l’horreur. Lovecraft en parlait justement en disant que « Personne ne pourrait décrire la montée du suspense et l’horreur finale qui foisonne dans chaque paragraphe ».

Arthur Machen dresse, dans ce récit,  une atmosphère étrange et captivante  donc si vous avez envie de savoir et de connaitre les sources d’inspiration de Lovecraft et par là même découvrir un “classique” de la littérature d’horreur, je vous le conseille fortement.

valkann

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *